A ti

Une épaule lointaine

Des cheveux blancs

Plus que temps que tu apprennes

À faire sans

 

Oraison incertaine

Seul l’important

Quand ils vont et ils viennent

Reste au présent

 

As-tu vent de ma peine ?

Au ciel mourant

J’ai deviné la tienne

Jamais ne mens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *