Mon oeil

Je vis dans un ailleurs

Le regard à la traîne

Au pays de Verlaine

Sans toi, borgne du coeur,

Si mes yeux ont tremblé

La porte est refermée

Je vis, je n’ai pas peur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *