Se derrumba : Sonnet

Quand la sincérité

Sera le point d’ancrage

À l’encre de ses mages

Et au creux dérobée

 

Je boirai leurs étés

Comme un précieux breuvage

Et j’irai page à page

Aux rendez-vous manqués

 

Le coeur né orphelin

Au royaume du sein

Maudit son fantôme

 

Nous marchons à demain

Malhabiles d’un rien

Au fatras d’un homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *