À tuer le temps

Le sage ne gouverne pas

Le grand amour meurt au combat

Le chat ressuscité espère

À la rambarde de nos pères

 

Un blasphème d’ores et déjà

Dans les bas-fonds d’un coeur qui bat

Où l’Océan n’a plus de mère

Où le bleu tendre tire au vert

 

Le genre blessé va, se noie

Les belles volent en éclats

L’eau d’un visage tombe à terre

Ou sur mon ventre, à l’indiffère

 

Gérer ta peau, jouir à l’orage

Et savamment on le sera

Bonté d’une parole entière

Ô sobres dires d’avant-hier

 

Le jeu en plein soleil, en nage

Arrêter le temps. Patatras

Les boules volent en poussière

À passer la main. Un éclair

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *