À ravir au silence

Un immense malentendu

J’aime à m’y perdre

Aux peut-être je ne crois plus

Je t’aime à mordre

 

On s’est tellement attendus

J’aime à l’automne

Aux pourquoi on n’a jamais su

Je t’aime en somme

 

Une étreinte à corps perdu

J’aime à ravir

Au silence. J’ai répondu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *