À suivre…

Combien de marque-pages

Patientent dans nos livres

Combien d’atterrissages

Et la fin sans la vivre

 

Des romans, des naufrages

J’ai lu qu’on était ivre

Si le coeur porte ombrage

Vivons la fin sans ire

 

J’ai mal au point final.

24 juin 2015

À St Jean comme ailleurs

Faisant feu de tout bois

Pour un monde meilleur

Chacun porte sa croix

 

Across the Universe

Au son des feux de joie

Tu flirtes à la renverse

Et moi je pense à toi

 

Je me noie dans la Mer

Que tu as choisie pour moi

Croix de bois croix de fer.

Le monde tel qu’il est…

Le monde tel qu’il est

Aux armes iront lutter

Belle âme alentour

Te garde au banc d’un jour

 

Je voudrais tout changer

Belle âme au banc d’essai

Mon pouvoir de velours

Je te chante pour un jour

 

Le monde s’est incliné

À tes doux sons feutrés

Faites qu’il parle du jour

Où les armes sont tombées.

Lo sentí, y falta por llegar

Todo el día pasa

Sin beso, sin nada

Y a la noche empieza

A faltar tu boca

 

Labios sobre labios

Boca en mi frente

Tiempos subterraneos

Buscan lo de siempre

 

Sabes, hoy me gusta

Sabe a mañana

Noche que separa

Noche amansada

 

Nadie pa’delante

En la nube estas

Besos de amante

De nuevo encontrarás

 

Un viejo camino

De esos a mejorar

Lo sentí precioso

Y falta por llegar…

 

 

Mon petit arrosoir blanc

Mon petit arrosoir blanc

Rien qu’une fleur en dépend

Dans le feu d’un soir d’été

Deux enfants à mes côtés

 

Mon petit arrosoir blanc

Vit calmement,

Dans le feu de mes pensées

Obscurément.

 

Rien que ma vie pour ce soir

Par delà le blanc, le noir

La flamme, je leur donne

Dans l’eau, la fleur rayonne

 

Mon petit arrosoir blanc

Ne change rien

Au foutu fil et pourtant

Je l’aime bien.

 

 

 

 

 

Un soir

Vous parlerai pas d’aléatoire

Qui dort, par là, au gré d’un soir

Vous parlerai d’réalité

D’un jour. Quitte. À le regretter.

 

Vous parlerai

L’est pas si tard

Vous parlerai…

 

De ça, j’pourrais faire une chanson

Un parfum, mille floraisons

L’été, en route, à ma manière

Le doute, au bord, mille choses à faire

 

Vous parlerai

L’est pas si tard

Vous parlerai.

L’été arrive

Tes yeux se plissent

Instant condamné

À l’interstice

Glisse un ciel d’été

 

Les anciens parlent de moissons

Du blé je n’connais que le pain

Moi j’voudrais bien savoir ton nom

Et peut-être en faire un refrain…

 

Tes yeux se plissent

Instant condamné

À l’interstice

Glisse un ciel d’été…

 

Pour un mot, cent

Je sens en moi parler un autre

Et j’en ai les larmes aux yeux

Des larmes qui seraient les nôtres

Et je les porte pour les deux

 

Pour un mot, cent

Passe le temps

Et brillent les amants

Balancement d’un sentiment

 

Effleure en moi le souvenir

D’un autre temps, d’un autre âge

L’émotion qui ne veut partir

Pleurent les mots sur ma page

 

Pour un mot, cent

Passe le temps

Et brillent les amants

Balancement d’un sentiment

 

Et si la joie refleurissait

Chaque année et dans chaque ville

Si dans le souffle du passé

Reprenait place notre idylle

 

Pour un mot, cent

Passe le temps

Et brillent les amants

Balancement d’un sentiment.