Trilogie-hommage à l’amour

L’instant du baladin, Balades licencieuses, Un homme sur le balan

L’instant du baladin est l’histoire d’une rencontre, elle et lui, d’une quête, d’un tour du monde et d’un amour infini.

Puis l’homme prend corps et la gitane se dévêt. Danse endiablée. La femme se balade alors et sans réserve se confie. À l’écoute de ses plus secrètes pensées ou témoin du récit de ses aventures nocturnes, le spectateur assiste à l’avènement d’une femme libre dans Balades licencieuses.

Triomphe de l’amour ? Le couple est enfin uni dans la troisième partie. À quel prix ? Un homme sur le balan, ou un dédale du temps qui à deux se ressent.

Complainte de fin d’été

T’y es pas. Fais semblant

Souviens-toi des rires

Saoule-toi pour dire

La nuit telle un aimant

 

Aux bruits seuls et au temps

Souviens-toi des rires

Saoule-toi pour dire

À l’obscurimmanent

 

J’y allais autrement

Souviens-toi des rires

Saoule-toi pour dire

J’ai le coeur en dedans.

Le swing de l’été

Plongée quelques temps

Dans un restaurant

Résidence pour ceux

Qui sont devenus vieux

Le liteau su’l’bras

J’crois bien que j’aim’ça

Ya pas à tortiller 

J’apprends un vrai métier

On fait pas semblant

Tout d’suite et maint’nant

Leur parole, la vie

Dignité, poésie.

À contre-courant et tout contre toi

Être à contre-courant

Juste pour te revoir

Lâcher ta main au vent

La jauger de mémoire

 

Être à contre-courant

Parfois fuir notre histoire

À peine un manquement

Fignoler le hasard

 

Être à contre-courant

Toi et moi chaque soir

Un émerveillement

L’échanger d’un départ

 

Être à contre-courant

Ce courant nous unit

Refuser un enfant

Notre amour à la vie

 

Être à contre-courant

Peut-être là pour lui

Tous les deux bien présents

Et pour elles aussi

 

Être à contre-courant

Contre toi, je languis.