La poésie est une clameur

Invitation privée à un apéro-poésie  

Samedi 4 mai, 18h 

“LA POÉSIE EST UNE CLAMEUR”

Hommage à Arthur, Léo, Joan Manuel, Julos et Gabriel.

« La poésie est une clameur, elle doit être entendue comme la musique. Toute poésie destinée à n’être que lue et enfermée dans sa typographie n’est pas finie, elle ne prend son sexe qu’avec la corde vocale tout comme le violon prend le sien avec l’archet qui le touche ». Léo Ferré

Julie Saint-André (voix) et Patrock (guitare)

Chez Marc & Zahia aux Moulins à Tourrettes-sur-Loup. Chacun apporte une boisson, un salé ou un sucré. Confirmer votre venue par retour de mail. 

Les Moulins. Prairie des Amants, 4 rue des moulins à Tourrettes-sur-Loup.

Au printemps

Souvent larmes retenues

Deviennent des paroles

Qui réparent, consolent

Un équilibre rompu

IMMIGRÉ

 JULIE LAISSER UN COMMENTAIRE MODIFIER

J’ai le teint basané

Hasard d’un nouveau-né

Un bazar sous le nez

Si fin du familier

Du soleil enfanté

Du Sud je suis signé

Balafré, bel été

Bonsoir dans vos soirées

J’ai laissé mon passé

Et confié mon enfant

J’ai le coeur arraché

Par les flots du printemps

Le soleil m’a banni

J’en ai perdu le Nord

Je meurs à peine ici

Et renais de ma mort.

Navigation des articles

De l’indicible

Le monde est peuplé d’hommes

Qui ont tous mieux à faire

Que d’être avec moi

Je me plais

À le répéter

Et je ris

À force j’ai appris

Et je sais faire

À tant aimer les hommes

Qui ne sont pas là

Mais la peine est tangible

Je la porte à bout de bras

Tragique ? On choisit pas

Au pays de Guingois

Le petit dernier des contes de Loli

Après Le fabuleux Quintette, j’ai le plaisir de vous présenter la deuxième aventure des Manolitos : Au pays de Guingois.

Premier des contes de Loli écrit sur 12 pieds (pas fait exprès, pas des vrais alexandrins !), il est aussi le premier écrit de la main gauche (pour cause d’épicondylite aiguë). Ce qui lui donne un p’tit air cyrillique (enfin, dans mon cahier !) Vous y croiserez Papalotl, Manech et les autres…

Il est à écouter, en exclusivité mondiale, ce samedi 13 avril dans les rues de Vence car La rue est à nous !

Divinités de la pluie

Sa voix comme un calice

De l’or des acropoles 

La douceur en corolle

Déjà deux cœurs complices

Puis balbutiement des corps

Bonté pour seule dictée

Alphabet à inventer

Bonheur d’un pieu à bâbord

Tout le reste à dessiner

Qu’il est beau de croire au loin

Dessein à faire un destin.

Poésie, contes et chansons